LE BITCOIN : qu’est-ce donc, à quoi il sert, comment on s’en sert et comment s’en procurer ?

 

Le Bitcoin (BTC) est la base des bases pour mettre son premier pied dans la cryptomonnaie. Il s’agit d’un “moyen de paiement international rapide, anonyme et sécurisé” qui tend à être démocratisé, si bien que vous en avez certainement déjà entendu parler.

Apprendre à comprendre et utiliser le BTC et toute autre cryptomonnaie peut s’avérer être déstabilisant pour un néophyte dans ce domaine mais, petit à petit, vous assimilerez des notions et pourrez aisément faire le lien entre elles.  

 

Je vous propose de suivre cette courte vidéo afin de comprendre très simplement ce qu’est le Bitcoin, à quoi il sert, comment on s’en sert et comment s’en procurer :

 

Je vous propose suite à cela d’ouvrir un portefeuille Bitcoin (pour commencer) sur la plateforme populaire Binance en cliquant sur le bouton ci-dessous :

 

Lorsque vous vous serez inscrit si vous ne savez pas comment procéder pour acheter pour la première fois votre cryptomonnaie notamment sur Binance, il existe de nombreuses vidéos tutoriel qui vous l’expliquent, par exemple sur YouTube. Quand vous l’aurez fait quelques fois, cela deviendra relativement simple et, croyez-moi, cela vous sera fort utile et vous ne vous en passerez plus ! 👍

 

Comment utiliser une adresse BTC pour en envoyer ou en recevoir ?

Si vous suivez les explications indiquées précédemment, vous pouvez donc créer un portefeuille BTC et avoir une adresse BTC, que ce soit via un portefeuille (on l’appelle souvent “wallet” également, en anglais) crypto comme Binance ou un portefeuille crypto bien à vous.

Une fois que vous avez obtenu votre adresse BTC avec votre portefeuille crypto ou un échange crypto, vous avez donc tout en main pour envoyer ou recevoir des BTC sur cette adresse qui est la vôtre.

 

À quoi ressemble une adresse BTC ?

Une adresse BTC est une série de 34 lettres et chiffres identifiant votre portefeuille BTC.
Les adresses BTC commencent par 1 ou par 3 et sont sensibles à la casse (il faut respecter les majuscules et minuscules).

 

Comment recevoir des BTC sur votre adresse BTC ?

Vous devez donner votre adresse BTC à quelqu’un chaque fois qu’il souhaite vous envoyer des BTC.
C’est probablement une bonne idée de la garder dans un endroit facilement accessible afin de pouvoir la communiquer à quelqu’un ou de la copier.

 

Comment envoyer des Bitcoins depuis votre adresse BTC ?

Si vous souhaitez envoyer des BTC depuis votre adresse Bitcoin, vous devrez copier l’adresse BTC de votre destinataire dans la section “Envoyer” ou “Send” en Anglais du portefeuille que vous utilisez ou dans le champs indiqué sur l’échange crypto où vous avez un compte.
L’adresse du destinataire sera une adresse du même type que la vôtre donc.

Une fois que tous les autres champs ont été remplis, y compris le montant de la transaction avec toutes les décimales (en général c’est un chiffre avec décimales sauf si vous envoyez ou recevez plus de 0.99…9 BTC), vous pourrez lancer le processus d’envoi de BTC.
Et juste comme ça, avec seulement l’adresse du destinataire, vous lui avez envoyé avec succès un montant précis de BTC depuis votre portefeuille, moins certains frais de transaction.

Utilisez un code QR pour copier ou communiquer votre adresse Bitcoin grâce à un lecteur de code QR. Ça fonctionne un peu comme l’appareil qui scanne vos articles à la caisse du supermarché : le code-barres correspond à une référence article unique, et de la même manière le code QR correspond à une adresse de portefeuille ou un site unique. 

Comme les identifiants BTC sont généralement trop longs et assez difficiles à mémoriser, les codes QR sont devenus une méthode relativement populaire pour les partager.

Une longue chaîne de caractères alphanumériques peut sembler décourageante à quelqu’un qui n’est pas familier avec BTC, mais si la même chose est présentée sous la forme d’un code ou d’une image, ils auront beaucoup plus de chances d’utiliser avec facilité la cryptomonnaie. 

 

Voici quelques conseils pour toute opération à effectuer avec votre adresse BTC :

Il n’est pas recommandé de taper votre adresse BTC manuellement mais de la copier.

Les adresses BTC sont sensibles à la casse (majuscules et minuscules).
Donc, si une erreur est commise lors de la saisie d’une adresse BTC ils seront envoyés à un autre destinataire. Quand on parle de 1 USD de BTC ce n’est pas bien grave, mais quand on parle de plusieurs milliers voire millions c’est de suite un peu plus grave… 
N’oubliez pas qu’une fois envoyés, vos BTC ne sont pas récupérables si vous avez fait une erreur dans l’adresse du destinataire des BTC, l’envoi de BTC n’est pas réversible une fois les BTC envoyés.

De même si vous communiquez votre adresse Bitcoin avec des erreurs, vous ne recevrez jamais vos BTC.

Il est donc préférable de copier coller votre adresse BTC ou de la scanner avec le code QR.

Très important : assurez-vous de toujours envoyer vos BTC depuis le bon réseau (réseau BTC).

À titre informatif, il y a actuellement trois formats d’adresses BTC (et un 4e en préparation) :

– P2PKH (Pay to PubkeyHash) commençant par le chiffre 1, par exemple :
1BvBMSEYstWetqTFn5Au4m4GFg7xJaNVN2. Il s’agit du premier format d’adresse.

– P2SH (Pay to script hash) commençant par le nombre 3, par exemple :
3J98t1WpEZ73CNmQviecrnyiWrnqRhWNLy. P2SH offre des fonctionnalités plus complexes que le format précédent. Il permet notamment d’effectuer des transactions multi-signatures.

– Bech32 (adresse Segwit) ou P2WPKH (Pay To Witness Public Key Hash) commençant par bc1, par exemple :
bc1qar0srrr7xfkvy5l643lydnw9re59gtzzwf5mdq. L’utilisation de ce format d’adresse réduit le poids et donc les frais de la transaction.

– Bech32m (« m » pour modified) futur format pour les signatures SegWit-v1 (v0 pour SegWit ECDSA) avec des transactions P2TR (Pay-to-Taproot). Ce format ne sera utilisable qu’après l’activation de Taproot.

 

Est-il possible d’envoyer ou de recevoir des BTC sur une ancienne adresse BTC ?

Si vous ou un destinataire a une nouvelle adresse de portefeuille BTC et que des BTC ont été envoyés sur une ancienne adresse, ces BTC arriveront bien à destination à condition d’avoir vérifié que cette ancienne adresse avait bien été émise par le même portefeuille, pas de souci à se faire.

 

Qu’est-ce que je peux acheter avec le BTC et où je peux le faire ?

De nos jours avec le BTC on peut même acheter des choses en ligne, par exemple sur ce site anglais qui est un équivalent d’Amazon dans son fonctionnement mais avec paiement en BTC et dont le fondateur est français : bit.ly/AmazonduBTC

J’ai décidé de tester ce site car il a été recommandé par Owen Simonin (aka Hasheur) qui est une référence pour moi dans tout ce qui touche à l’actualité autour de la crypto, la Blockchain et la DeFi de manière générale et qui a même une chaîne YouTube avec du contenu de grande qualité. 

Vous recevrez 3% de commission quand un(e) référé(e) achète sur le site parmi une grande variété d’articles.

 

Est-il possible de recevoir des intérêts en BTC périodiquement ?

Oui, cela est tout à fait possible. Je vous recommande de consulter cet article si cela vous intéresse de générer 5% / an d’intêrets sur vos BTC entre autre cryptos détenues

 

Qu’est-ce que je peux faire d’autre avec le BTC ?

Beaucoup de choses ! N’hésites pas à nous contacter si tu souhaites approfondir. Je rédigerai très certainement un article sur son utilisation avancée (DeFi, Dapps, NFTs etc).

 

L E  P E T I T  L E X I Q U E  N O N  E X H A U S T I F  D E  L A  C R Y P T O S P H È R E

afin d’être incollable sur le jargon employé dans ce domaine 😉👍

 

Altcoin : On parle d’altcoin ou de « alternative coins » pour désigner toutes les crypto-monnaies qui ne sont pas du bitcoin : Neo, Monero, Dash, Ripple, Ethereum… Il existe des centaines d’altcoins, les principales sont listées sur le site Coinmarketcap qui donne leur valeur, ainsi que les volumes d’échange.

Bitcoin : Le Bitcoin est une monnaie électronique décentralisée créée en 2009 par un (ou des) développeur dont l’identité n’a jamais été révélée. Le bitcoin est un protocole et un réseau, mais aussi une monnaie qui permet d’effectuer des paiements sans passer par une institution financière. Sa valorisation est aujourd’hui de presque $10000 par bitcoin, pour une valorisation totale de $160 milliards. Il existe 21 millions de bitcoins qui sont créés grâce au minage.

Blockchain : La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations sécurisée, transparente et décentralisée. Elle contient un ensemble de transactions dont chaque utilisateur peut vérifier la validité. Il existe des blockchains publiques, ouvertes à tous, et des blockchains privées dont l’accès est restreint. Une blockchain publique peut être comparée à « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. » (via Blockchain partner).

✨ Clé publique (adresse) : Cette ligne de code vous permet d’envoyer et de recevoir des crypto-monnaies. La clé peut prendre la forme de chiffres et de lettres, mais aussi d’un QR Code. C’est l’équivalent d’un code IBAN, mais pour s’envoyer ou recevoir des crypto-monnaies.

DApp : Les decentralized applications sont des applications open-source et décentralisées. Contrairement à une app qui fonctionne sur des serveurs centralisés, une DApp fonctionne en peer-to-peer, sur le réseau Ethereum par exemple.

DeFi : La decentralized finance (finance décentralisée) représente un écosystème où chacun peut profiter de différents services et produits financiers sans organes de contrôle. Cela veut dire que n’importe quel utilisateur peut par exemple accéder à des prêts, sans aucune discrimination. Aujourd’hui l’accès à la technologie n’est plus le principal obstacle pour accéder à des services financiers. En effet, la plupart des personnes en dehors du système bancaire possèdent un accès à internet. Il s’agit le plus souvent de problématiques d’identité ou de restrictions politiques qui empêchent l’accès aux banques. La finance décentralisée souhaite donc apporter ses services à tous, sans aucune restriction.

DYOR : Non ce n’est pas une célèbre marque de luxe française. Cela signifie de faire vos propres recherches lorsque vous voulez savoir quelque chose : “do your own research”, c’est un sigle très utilisé dans le domaine de la cryptosphère. 

✨ Plateforme Exchange : Les exchange sont les plateformes sur lesquelles vous pourrez échanger du Fiat contre des crypto-monnaies. Les échanges dollars (ou euros) contre des bitcoins peuvent se faire sur Kraken ou Coinbase par exemple. D’autres échanges comme Bittrex ou Binance vous permettent d’échanger des bitcoins contre n’importe quelle altcoin.

Fiat : alors oui, c’est une marque de voiture mais pas que. C’est aussi et surtout le petit nom qu’on donne à la monnaie fiduciaire, la monnaie d’état. L’euro, par exemple en France. 

Fork : Un Fork est la création d’une version alternative d’une blockchain. On parle de soft fork quand les mises à jour de la blockchain sont mineures. Les anciens blocs restent compatibles avec les nouvelles règles. Dans le cas d’un hard fork, s’il n’y a pas un large consensus entre les mineurs, 2 versions d’une chaîne cohabitent. Les nouvelles règles ne sont pas compatibles avec les précédentes. Le BitcoinCash est par exemple un « fork » du bitcoin (une version différente du bitcoin, qui n’obéit pas aux mêmes règles).

FOMO : « Fear of Missing Out ». On parle de FOMO quand des acheteurs ont peur de rater la coche lorsque le prix commence à décoller et achètent donc une crypto-monnaie. Cet achat fait monter le cours, ce qui entraîne encore plus de FOMO, et ainsi de suite.

FUD : Fear, Uncertainty, Doubt. On parle de FUD quand des discours dénigrent un projet ou une crypto-monnaie et contribuent à faire baisser son cours. Le FUD est parfois justifié (« la Chine va interdire les ICO »), mais il peut aussi être une façon de faire baisser les cours d’une monnaie.

Hashrate : Le Hashrate détermine la puissance de calcul d’un mineur ou d’un réseau de minage.

ICO : Les ICO (Initial Coin Offering) sont un moyen pour un projet de lever des fonds en émettant des Tokens. Au lieu d’acheter des actions, on achète des Tokens qui peuvent par la suite être revendus (ou achetés) sur des échanges. Les ICO sont de plus en plus critiquées suite à de nombreuses arnaques.

Market cap : Le market cap (market capitalization, ou capitalisation sur le marché en français) représente la valeur totale de ce token sur le marché. Il est calculé en multipliant le prix d’un token, par le nombre de tokens en circulation. Le site de référence pour cela est CoinMarketCap.com

Minage : Un « mineur » possède des machines connectées au réseau et effectue des opérations de calcul afin de traiter les transactions, sécuriser le réseau… Le minage est récompensé par la distribution aux mineurs de bitcoins ou d’altcoins. Le minage est aujourd’hui principalement effectué par des entreprises chinoises dans de véritables « fermes » avec une puissance de calcul gigantesque.

NFT (non-fungible token ou jeton non fongible) : Ce sont des tokens uniques qui possèdent un certificat de propriété d’un objet numérique, celui-ci peut être une image, un dessin, une vidéo-animation, un fichier ou une œuvre d’art. Ces jetons numériques reposent sur la technologie dite de la blockchain, comme le bitcoin. Ce phénomène a fait émerger une nouvelle génération de collectionneurs d’objets numériques, à l’affût de nouvelles tendances.

Proof-of-work : Le proof-of-work (PoW, preuve de travail en français) est le résultat du problème cryptographique à résoudre pour qu’une nouvelle information soit ajoutée dans un bloc. Ce résultat est difficile à obtenir et nécessite beaucoup de puissance informatique. En revanche, sa vérification est peu consommatrice de ressources ce qui peut être effectué par le plus nombre. Cette méthode de validation par preuve de travail est utilisée pour ajouter un bloc supplémentaire à la chaîne de blocs, chaque mineur du réseau doit réaliser des calculs coûteux en temps et en énergie afin de chiffrer l’ensemble des transactions d’un bloc ainsi que les transactions chiffrées de la chaîne de bloc précédente. Lorsque la solution est validée, elle est diffusée à l’ensemble du réseau. Le mineur ayant trouvé la solution est récompensé en monnaie nouvelle selon les modalités définies par le protocole de la crypto-monnaie.

Proof-of-stake : Le proof-of-stake (preuve d’intérêt) est une autre méthode de validation des blocs. Celle-ci est basée sur les avoirs (ainsi que leur temps de conservation) de la personne et se définit généralement par un pourcentage de création monétaire. C’est une méthode parallèle pour atteindre un consensus décentralisé et qui a l’avantage de consommer peu d’énergie.

Pump / Dump : On parle de pump quand la valeur d’une monnaie augmente fortement, et de dump lorsqu’elle baisse. Il existe des mécaniques « pump and dump » pour volontairement augmenter la valeur d’une monnaie en la manipulant.

Token : De la même manière que 1 euro et une pièce, un token ou jeton est l’unité de base d’une blockchain. Le token de la chaîne Bitcoin est le Bitcoin. Il est possible de créer des tokens qui ont leur propre valeur à partir d’une chaîne. C’est le cas de très nombreux projets basés sur la blockchain Ethereum. Les tokens sont l’unité transactionnelle et informationnelle sur une blockchain.

Satoshi : Un satoshi est la plus petite unité de valeur du Bitcoin (0.00000001 BTC). La plupart des crypto-monnaies sont échangés contre des bitcoins, et leur valeur est donc en satoshis plutôt qu’en Fiat.

Satoshi Nakamoto : C’est le légendaire et mystérieux inventeur du Bitcoin. C’est aussi le fondateur du site bitcoin.org, et du forum bitcointalk, très utilisé par la communauté. On estime qu’il dispose d’une fortune d’un million de bitcoins.

Shitcoin : Le terme shitcoin fait référence à toutes ces crypto-monnaies inutiles qui existent sur le marché. Des cryptomonnaies créées sans but défini, proposées à des prix spéculatifs ou qui n’ont tout simplement aucune utilité car elles sont une copie bon marché d’autres projets. C’est donc un terme subjectif que chacun peut attribuer aux cryptomonnaies qu’il considère comme inutiles ou pas selon ses recherches. 

Smart contract : Ce sont des programmes autonomes (contrats intelligents, en français) qui exécutent automatiquement les conditions et termes d’un contrat, sans nécessiter d’intervention humaine une fois démarrés. Ils sont très utilisés avec les DApps. 

✨ Stablecoin : Très utilisé dans le monde la cryptosphère depuis 2020. Suivant le but avec lequel vous investissez, l’extrême volatilité des cryptomonnaies parfois peut être un problème. L’objectif du stablecoin est d’apporter une solution à ce problème. Concrètement, un stablecoin est une crypto stable, c’est-à-dire que la volatilité de son cours est très faible, proche de zéro. Le but d’un stablecoin n’est donc pas de générer une plus-value, mais de vous proposer un support qui conserve sa valeur en toutes circonstances. Il existe trois types de stablecoins : ceux à collatéraux fiat (adossé au cours d’une monnaie d’état), ceux à collatéraux cryptos (adossé au cours d’une crypto), et ceux sans collatéraux (géré par un smart contract)

Wallet : C’est un portefeuille qui permet de stocker ses crypto-monnaies sur un ordinateur, ou en ligne. Chaque monnaie peut avoir son propre wallet. Il existe aussi des périphérique de stockage physiques, particulièrement sécurisés. Vous pouvez aussi stocker vos crypto-monnaies sur les échanges en ligne. Mais vous prenez le risque de tout perdre en cas de hack ou de piratage de vos données…

Whales : On parle de whales ou de baleines pour parler de personnes possédant une quantité importante d’une crypto-monnaie, à tel point qu’elle peuvent en manipuler le cours. Contrairement aux marchés financiers, les crypto-monnaies ne sont pas encore régulées, ce qui explique des pratiques illégales sur les marchés réglés. Par exemple, Elon Musk fait partie des whales. 

White Paper : Un White Paper est le document qui présente un projet de Blockchain, de cryptomonnaie, d’ICO. Ces documents permettent de convaincre (ou non) les acheteurs potentiels d’investir dans un projet.

 

Plusieurs définitions de ce lexique sont inspirées de sources pertinentes comme www.blockchainfrance.net, www.cryptoast.fr et www.journalducoin.com.

Je vais à la chasse aux bons plans et opportunités sérieuses, je les teste et je vous les partage ! 😎

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0